Le trouble anxieux généralisé (TAG) en psychologie

Psychologista
9 Fév, 2024

Le trouble anxieux généralisé (TAG) est un trouble de la santé mentale caractérisé par une anxiété ou des inquiétudes incontrôlables et excessives concernant des événements et des situations courants.

Generalized Anxiety Disorder
Les personnes atteintes de TAG peuvent s’inquiéter sans raison évidente et peuvent avoir l’impression que ces sentiments persistent pendant des jours, des semaines ou des mois.

Une personne souffrant de TAG peut avoir des inquiétudes persistantes et excessives à propos de divers sujets tels que les finances, la santé et les relations, ce qui peut entraîner une altération significative de sa vie quotidienne.

Les personnes souffrant de TAG peuvent s’inquiéter sans raison évidente et peuvent avoir l’impression que ces sentiments persistent pendant des jours, des semaines ou des mois.

Elles ont souvent l’impression que quelque chose de grave va se produire ou qu’elles ne peuvent pas se calmer.

L’anxiété ressentie par les personnes souffrant de TAG peut survenir pour une raison spécifique, ou il peut n’y avoir aucun déclencheur connu. Néanmoins, elle est disproportionnée ou irréaliste par rapport à la situation.

Les sentiments d’anxiété inexpliqués, sans déclencheur, sont décrits comme une « anxiété flottante », fréquente chez les personnes souffrant de TAG.

L’anxiété flottante est un sentiment général de malaise, d’inconfort et de nervosité qui apparaît apparemment sans raison.

Quelle est la fréquence du TAG ?

Le TAG est un diagnostic relativement récent. Avant 1980, il était désigné sous le terme de « névrose d’angoisse », inventé par Sigmund Freud en 1984.

Le trouble décrit par Freud comprenait des symptômes de panique, de sorte que lorsque le trouble panique a été identifié comme un trouble distinct, la partie de la névrose d’angoisse qui n’incluait pas la panique est devenue le trouble anxieux généralisé.

Le trouble anxieux généralisé est deux fois plus fréquent chez les femmes que chez les hommes. Des études menées en Europe suggèrent que le TAG a une prévalence sur 12 mois d’environ 2 % et qu’il est l’un des troubles mentaux les plus fréquemment diagnostiqués (jusqu’à 10 %) (Lieb, Becker, & Altamura, 2005).

Les personnes touchées par le TAG peuvent encore mener une vie fonctionnelle, avec des emplois productifs et une vie sociale, mais elles luttent intérieurement contre l’inquiétude et la détresse. Les personnes gravement perturbées par le TAG peuvent nuire considérablement à leur fonctionnement quotidien, ce qui a un impact sur leur travail, leurs finances, leurs relations, etc.

Qu’est-ce que cela signifie d’avoir un TAG et de s’inquiéter ?

Les personnes souffrant d’un trouble anxieux généralisé (TAG) déclarent généralement que leur vie quotidienne est affectée par cette maladie, en particulier au niveau de leur travail et de leurs relations.

Nombre d’entre elles éprouvent des difficultés dans l’exercice de leurs fonctions et doivent fréquemment prendre des congés de maladie. Dans certains cas, le trouble peut même conduire à une retraite anticipée.

Ci-dessous, nous explorons les expériences vécues par des personnes souffrant de TAG et mettons en lumière l’impact de ce trouble sur les activités quotidiennes.

Quand je m’endors, je panique. Dès que ma tête touche l’oreiller, si je n’ai pas Internet et que je ne peux pas aller sur YouTube, je commence à avoir une mini-crise de panique parce que je pense à tout et c’est vraiment ennuyeux. Vous devez rendre votre vie parfaite, mais elle ne le sera jamais, mais vous commencez à paniquer et ce n’est pas très agréable.

Adolescent

Je veux être chez moi. Je suis très heureux chez moi. Je ne réponds pas au téléphone, je n’ouvre pas la porte et, de cette façon, je me sens bien… mais si quelqu’un sonne à la porte ou si le téléphone sonne, mon cœur s’emballe… je souffre d’achycardie
achycardie. J’ai une tension artérielle très élevée… et les larmes apparaissent..

(Femme, 51 ans)

Mythes et réalités sur l’anxiété

Mythe Réalité
Attachez un élastique à votre poignet chaque fois que vous avez une mauvaise pensée Des études montrent que le fait de réprimer ses pensées les rend plus fortes et plus fréquentes. Pensez-y de cette façon : Les pensées auxquelles vous résistez persistent.
Si une crise de panique s’aggrave, vous pouvez vous évanouir ou perdre le contrôle. Il est peu probable que vous vous évanouissiez, ce qui est dû à une chute soudaine de la tension artérielle. Lors d’une crise de panique, la tension artérielle ne baisse pas, elle augmente même légèrement.
Si vous souffrez d’un trouble anxieux, il est important d’éviter le stress et les situations qui vous font sentir « stressé » Se traiter comme si l’on était fragile et éviter les risques conduit à se sentir démoralisé. Éviter l’anxiété tend à la renforcer. Vous pouvez être anxieux et faire ce que vous avez à faire.
Emportez toujours un sac en papier au cas où vous feriez une crise d’hyperventilation. Les sacs en papier peuvent servir de béquilles de sécurité qui vous empêchent d’être anxieux. L’hyperventilation, bien qu’inconfortable, n’est pas dangereuse.
Les causes des troubles anxieux sont généralement ancrées dans l’enfance, de sorte qu’une thérapie efficace doit se concentrer sur cette période. Il existe différentes approches thérapeutiques pour gérer l’anxiété. La recherche montre que les traitements qui se concentrent sur le moment présent, y compris les nouvelles compétences pour gérer les pensées, les émotions, les malaises et les comportements, sont efficaces.
Les médicaments contre l’anxiété créent une dépendance et ne doivent donc être pris qu’en cas d’absolue nécessité. Les antidépresseurs ISRS et ISRSN ne créent pas de dépendance. Les benzodiazépines peuvent être utiles à court terme, mais elles peuvent entraîner une tolérance et une dépendance accrues après un usage prolongé.
Les médicaments sont le seul traitement des troubles anxieux. Les médicaments peuvent être efficaces. Mais la recherche scientifique montre que la thérapie cognitivo-comportementale (TCC) peut être tout aussi efficace, voire plus, que les médicaments (ou une combinaison de TCC et de médicaments) pour la plupart des gens, en particulier à long terme.
Certaines personnes sont simplement inquiètes ou névrosées, et il n’y a rien qui puisse vraiment faire la différence. La thérapie peut vous aider à réduire l’inquiétude et la souffrance et à apprendre une relation différente avec vos propres pensées, en fonction de votre tempérament et de l’étendue de vos habitudes névrotiques dans votre vie.
Si vous mangez bien, faites de l’exercice, évitez la caféine et adoptez un mode de vie sain, votre anxiété disparaîtra. Outre les stratégies visant à réduire votre stress, vous devrez peut-être affronter vos peurs, apprendre de nouvelles choses sur vos symptômes, cesser d’éviter, apprendre à tolérer certaines expériences ou changer votre façon de penser, de ressentir et de vous comporter avec les autres.
Il est bon pour une personne souffrant de problèmes d’anxiété que sa famille et ses amis la rassurent sans cesse avec compassion et l’aident à éviter le stress. Des amis ou des membres de la famille bien intentionnés peuvent, par inadvertance, se laisser entraîner dans des compulsions de réconfort et entretenir les peurs en vous empêchant d’y faire face. Il est plus utile d’encourager avec compassion et bienveillance à surmonter l’anxiété et les doutes, plutôt que de les éviter.
Source : Anxiety & Depression Association of America (ADAA) (Association américaine de l’anxiété et de la dépression)

Ai-je des symptômes de trouble anxieux généralisé ?

Il est important de noter qu’un diagnostic de trouble anxieux généralisé (TAG) doit être posé par un professionnel de la santé mentale qualifié à l’aide d’entretiens cliniques et d’autres outils d’évaluation.

Les réponses aux questions de dépistage peuvent être utiles pour recueillir des informations sur les symptômes et les expériences d’une personne, mais elles ne suffisent pas à elles seules à diagnostiquer un trouble de santé mentale.

Si vous avez répondu « souvent » à la plupart de ces questions, il se peut que vous soyez excessivement préoccupé(e) par des situations de la vie quotidienne.

Signes du trouble anxieux généralisé

Les symptômes du TAG peuvent varier en intensité et le niveau d’anxiété change en fonction de la situation.

Parfois, les personnes souffrant de TAG peuvent constater que leurs symptômes s’aggravent soudainement, les empêchant de fonctionner normalement.

Le TAG diffère d’autres affections qui présentent des symptômes similaires. Les personnes souffrant d’anxiété sociale, par exemple, ne ressentent une anxiété intense que dans les situations sociales, avec la crainte d’un jugement négatif de la part d’autres personnes ; les personnes souffrant de dépression peuvent occasionnellement se sentir anxieuses, mais pas aussi fréquemment que les personnes souffrant d’un TAG.

De même, les personnes souffrant de phobie simple/spécifique éprouvent également des inquiétudes intenses, mais généralement à propos d’une chose en particulier. En revanche, les personnes souffrant de TAG s’inquiètent pour un certain nombre de sujets différents, mais leur inquiétude n’est généralement pas aussi intense que celle d’une phobie.

Psychologique

  • Inquiétude ou anxiété persistante à propos d’un certain nombre de sujets.

  • Les inquiétudes ou les angoisses persistantes sont disproportionnées par rapport à l’impact des événements.

  • Réflexion excessive sur les plans et les solutions en fonction de tous les pires scénarios possibles.

  • Incapacité à contrôler les inquiétudes constantes.

  • Perception d’un grand nombre de situations ou d’événements comme étant menaçants.

  • Difficulté à gérer l’incertitude.

  • Sentiment d’incapacité à mettre les soucis de côté ou à s’en défaire.

  • Peur de prendre une mauvaise décision.

  • Sentiment d’incapacité à se détendre – irritabilité.

  • Sentiment d’avoir l’esprit vide.

  • Sentiment général d’être à cran.

  • Difficultés de concentration.

Physique

Distorsions cognitives

Certaines caractéristiques essentielles du TAG entretiennent et perpétuent l’anxiété. Il s’agit notamment de trois distorsions cognitives.

Par exemple, les pensées automatiques négatives, telles que le catastrophisme (croire que quelque chose de terrible va se produire) et l’étiquetage (se considérer comme une mauvaise personne) sont des pensées inutiles qui peuvent entretenir l’anxiété.

Nos hypothèses inadaptées, qui sont des pensées et des attitudes irréalistes (par exemple, « toute anxiété est mauvaise », « je dois me débarrasser de toute mon anxiété »), peuvent également entraîner des inquiétudes et une anxiété excessives en raison des difficultés à respecter les règles/hypothèses irréalistes.

Qu’est-ce qui entretient le TAG et l’inquiétude ?

Au cœur de l’anxiété se trouve l’inquiétude face à des menaces potentielles. L’anxiété est une tentative de faire face à un événement futur que l’on croit négatif et menaçant.

Cependant, l’anxiété peut enfermer les gens dans une boucle sans fin de plus d’anxiété, devenant ainsi un cercle vicieux.

Comportements d’évitement et de sécurité

Les personnes souffrant d’anxiété ont souvent recours à l’évitement comme mécanisme d’adaptation. Il s’agit d’éviter autant que possible les situations redoutées afin de réduire leur anxiété. L’évitement peut entraîner une diminution rapide de l’anxiété, mais il peut l’aggraver à long terme.

Les personnes souffrant d’anxiété peuvent également avoir recours à des comportements de sécurité pour faire face à la situation. Il peut s’agir de médicaments qui réduisent l’anxiété, d’un plan de sortie ou de l’utilisation excessive d’un téléphone pour se distraire.

Bien que ces comportements de sécurité puissent contribuer à réduire les sentiments d’anxiété, les personnes peuvent en devenir trop dépendantes et ne pas se mettre au défi de faire l’expérience que la menace perçue n’est pas si menaçante que cela.

En outre, les comportements de sécurité peuvent ne pas être disponibles dans toutes les situations anxiogènes, de sorte que lorsqu’ils ne sont pas disponibles, les sentiments d’anxiété peuvent être plus importants.

Le cycle de l’anxiété

Lorsqu’une personne est anxieuse, elle est plus susceptible de scruter son environnement à la recherche de menaces potentielles – elle fait l’objet d’une plus grande attention. Les symptômes physiques de l’anxiété s’intensifient alors.

Pour faire face à l’anxiété, les personnes peuvent choisir d’éviter ou de fuir la situation, ce qui leur apporte un soulagement à court terme et généralement instantané.

Bien que ce soulagement puisse permettre à la personne anxieuse de se sentir mieux à court terme, il peut être préjudiciable à long terme.

Les effets à long terme de l’évitement et de la fuite peuvent entraîner une augmentation des symptômes physiques, une perte de confiance dans la capacité à faire face et un recours accru aux comportements de sécurité.

De ce fait, l’anxiété peut perdurer et le cycle décrit se répéter. L’anxiété peut même augmenter ou se généraliser à d’autres situations.

the vicious cycle of anxiety
Le cercle vicieux de l’anxiété

Inverser le cycle

Pour briser le cercle vicieux de l’anxiété, il est important d’affronter progressivement les situations redoutées tout en abandonnant les comportements de sécurité.

À court terme, cela peut entraîner une augmentation des sentiments d’anxiété, mais au bout d’un certain temps, les symptômes physiques devraient diminuer, de même que l’attention portée aux menaces potentielles.

L’utilisation de techniques d’adaptation saines peut aider à réduire l’anxiété à un niveau gérable. Cela permet de renforcer lentement la confiance en soi afin de s’habituer à ces situations et de contrôler les réactions.

En se lançant des défis de manière structurée et répétée, il devrait y avoir une meilleure chance de réduire l’anxiété dans son ensemble.

Reversing the cycle of anxiety
Inverser le cycle de l’anxiété

Causes et facteurs de risque

Comme pour la plupart des troubles mentaux, il n’y a pas de cause directe au développement du TAG. Le TAG est susceptible de se développer à partir d’une interaction complexe entre les facteurs biologiques, psychologiques et sociaux de l’individu, notamment :

  • Différences dans la structure, la fonction et la chimie du cerveau

  • La génétique – les personnes dont un membre de la famille immédiate souffre d’un trouble anxieux ou d’un autre problème de santé mentale sont plus susceptibles de développer un TAG

  • Différences dans la manière dont les menaces sont perçues

  • Traits de personnalité – une personne au tempérament timide, pessimiste ou qui a tendance à éviter tout ce qui est dangereux peut être plus encline à souffrir d’un TAG

  • Expériences – les personnes souffrant de TAG peuvent avoir vécu des changements importants dans leur vie, des expériences traumatisantes ou négatives. Elles peuvent avoir eu des difficultés pendant leur enfance ou avoir été exposées à un événement traumatisant récent.

  • Autres pathologies – les personnes souffrant d’une maladie chronique ou d’un autre trouble mental peuvent également présenter un risque accru de développer un TAG

L’amygdale est une zone clé du cerveau que l’on pense impliquée dans le TAG. L’amygdale fait partie du système limbique du cerveau et est impliquée dans le traitement et la régulation des émotions, y compris la peur.

Une étude portant sur des jeunes souffrant de TAG a révélé que leur amygdale était hyperactive lorsqu’on leur présentait des menaces masquées, par rapport à ceux qui ne souffraient pas de TAG (Monk et al., 2008).

Dans le cerveau, on sait qu’il existe une connectivité négative liée à la menace entre le cortex préfrontal ventrolatéral droit et l’amygdale, ce qui suggère que le cortex préfrontal (une zone impliquée dans la pensée critique et le raisonnement) module la réponse de l’amygdale aux menaces.

On pense que l’amygdale soutient la vigilance face aux menaces par le traitement immédiat de la menace, tandis que le cortex préfrontal ventrolatéral facilite les processus ultérieurs liés à la régulation des émotions.

Par conséquent, si les interactions entre l’amygdale et le cortex préfrontal ventrolatéral sont perturbées, on pense qu’elles influencent l’anxiété, car l’amygdale peut l’emporter sur la partie du cerveau qui fournit un raisonnement logique sur les menaces perçues.

La présence d’autres troubles mentaux pourrait également constituer un facteur de risque de développement du TAG.

Comme indiqué précédemment, le TAG peut parfois se développer à la suite d’expériences environnementales stressantes ou traumatisantes.

L’épidémie de COVID-19, que beaucoup considèrent comme un événement stressant ou traumatisant, a fait l’objet d’études sur son impact sur la santé mentale. Une étude réalisée en 2021 a révélé que la détresse psychologique signalée concernant le COVID-19 était positivement corrélée aux symptômes dépressifs ainsi qu’au TAG (Nikčević et al., 2021).

Cela est logique si l’on considère que, pendant la pandémie, de nombreuses personnes ont pu développer des inquiétudes plus extrêmes concernant leur santé, la santé des autres, le travail et les questions financières – les principales inquiétudes que les personnes souffrant de TAG ont tendance à avoir.

Le TAG chez les enfants et les adolescents

Le TAG est également fréquent chez les enfants et les adolescents, qui peuvent présenter certains des mêmes symptômes, mais avec des inquiétudes différentes.

Ils peuvent s’inquiéter de leurs résultats scolaires ou de la sécurité des membres de leur famille (par exemple, de leurs parents). Les enfants et les adolescents atteints de TAG peuvent :

  • Se sentir excessivement anxieux de s’intégrer à leurs pairs

  • Manquer de confiance en eux

  • Cherchent à être approuvés

  • Refaire des tâches jusqu’à ce qu’elles soient parfaites

  • Passent trop de temps sur leurs devoirs

  • Ont besoin d’être rassurés sur leurs performances

  • Avoir des maux d’estomac ou d’autres troubles physiques

  • Éviter l’école ou les situations sociales

Quand demander de l’aide

Il est généralement recommandé de consulter un médecin lorsque la personne :

  • Elle a l’impression que son inquiétude est excessive et qu’elle interfère avec son travail, ses relations et d’autres aspects de son fonctionnement.

  • Se sent déprimée ou irritable à cause de l’anxiété, peut avoir des problèmes de toxicomanie ou souffrir d’un autre problème de santé mentale

  • A des pensées ou des comportements suicidaires

  • A l’impression que son anxiété s’aggrave et qu’elle est persistante – il est important de chercher de l’aide avant que l’anxiété ne devienne extrême

  • Cherche constamment à obtenir de l’aide et à se faire rassurer par les autres

  • Essaie à plusieurs reprises différentes méthodes de gestion de l’anxiété, sans succès.

Étant donné que la prévalence du TAG au cours de la vie est deux fois plus élevée chez les femmes que chez les hommes, certains professionnels de la santé des femmes ont recommandé que les filles et les femmes de plus de 13 ans fassent l’objet d’un dépistage de l’anxiété (Gregory et al., 2020).

De nombreuses personnes peuvent ne pas chercher à obtenir de l’aide pour le TAG car elles ne ressentent pas les symptômes physiques extrêmes des attaques de panique. Cependant, la panique n’est pas toujours typiquement présente chez les personnes souffrant de TAG, et il est donc utile de demander de l’aide si l’on ressent des symptômes physiques d’anxiété.

Il peut également être utile de noter les symptômes physiques ressentis avant de prendre rendez-vous avec un professionnel.

L’anxiété étant présente dans de nombreux troubles mentaux tels que les troubles obsessionnels compulsifs (TOC), la phobie sociale, le syndrome de stress post-traumatique (SSPT), etc., il sera utile de trouver quelqu’un qui comprenne les critères spécifiques auxquels une personne peut répondre afin de pouvoir la diagnostiquer et la traiter en conséquence.

Le traitement

Médicaments

Pour traiter le TAG, il est possible de prendre des médicaments à court terme pour atténuer certains des symptômes physiques de l’anxiété, tels que la tension musculaire et les crampes d’estomac.

Les benzodiazépines constituent la principale classe de médicaments permettant de soulager l’anxiété à court terme. Voici quelques exemples de benzodiazépines :

  • Alprazolam (Xanax)

  • Clonazépam (Klonopin)

  • Lorazépam (Ativan)

Il n’est pas recommandé de prendre ces médicaments à long terme. Ils ont des effets secondaires qui peuvent entraîner une forte dépendance et peuvent faire l’objet d’un abus.

D’autres médicaments, comme les antidépresseurs, sont des médicaments qui réduisent les symptômes psychologiques tels que la dépression et l’anxiété, et peuvent être pris sans danger à long terme.

Les inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine (ISRS), qui agissent sur les niveaux de sérotonine dans le cerveau, sont un choix fréquent pour de nombreuses personnes. Parmi les ISRS qui peuvent être prescrits, citons

  • Le citalopram (Celexa)

  • Fluoxétine (Prozac)

  • Sertraline (Zoloft)

Les ISRS peuvent prendre au moins quelques semaines avant de commencer à agir, et ils peuvent également avoir des effets secondaires, tels que nausées, sécheresse de la bouche et prise de poids, en particulier au début de la prise du médicament. Certains médicaments peuvent également augmenter les pensées suicidaires. Il est donc important d’assurer un suivi régulier de votre état auprès d’un professionnel.

Thérapie cognitivo-comportementale

La thérapie cognitivo-comportementale (TCC) est une forme de thérapie courante pour de nombreuses personnes souffrant d’anxiété. Il existe des preuves de son efficacité dans le traitement de l’anxiété par rapport aux médicaments à long terme.

La TCC implique des séances régulières avec un thérapeute dans le but de travailler ensemble pour gérer les schémas de pensée et les comportements négatifs ou inadaptés, et les remplacer par des schémas plus équilibrés, plus réalistes et plus utiles.

Au cours des séances de TCC, les personnes apprennent à reconnaître et à contrôler leurs pensées anxieuses en acquérant des compétences spécifiques pour gérer directement les inquiétudes associées au TAG.

Les distorsions cognitives associées au TAG sont des caractéristiques qui peuvent être ciblées lors des séances de TCC.

Avec le thérapeute, les personnes souffrant de TAG peuvent également apprendre à se remettre en question et à briser le cercle vicieux de l’anxiété en identifiant et en abandonnant progressivement les comportements de sécurité et en remettant en question les pensées négatives.

Grâce à ce processus, les symptômes s’atténuent au fur et à mesure que l’on s’appuie sur les succès obtenus. La TCC peut généralement être appliquée efficacement en 8 à 12 séances au minimum, en fonction de la présentation de l’individu. La TCC est souvent prescrite en même temps que des médicaments pour un traitement efficace.

Mode de vie

Outre les médicaments prescrits et la thérapie, certains changements dans le mode de vie peuvent aider une personne aux prises avec un TAG :

  • Maintenir une alimentation saine et faire de l’exercice régulièrement

  • Dormir suffisamment

  • Pratiquer le yoga, la méditation ou d’autres activités relaxantes

  • Éviter les stimulants tels que le café

  • Éviter l’alcool – l’alcool peut atténuer l’anxiété presque immédiatement, ce qui explique que de nombreuses personnes anxieuses se tournent vers l’alcool. Cependant, elles peuvent se sentir plus irritables ou déprimées après avoir consommé de l’alcool, ce qui peut également interférer avec certains médicaments.

Stop Anxiety

A propos

Psychologista.fr

Notre objectif est d’offrir un endroit où chacun, qu’il s’agisse de curieux en quête de connaissances ou de personnes intéressées par le bien-être mental, puisse trouver des articles et des conseils informatifs.

Nous nous efforçons de présenter des informations basées sur des recherches solides et de promouvoir une compréhension approfondie de la psychologie.

Articles connexes

Théories psychologiques de la dépression

Théories psychologiques de la dépression

Selon la manière dont les données sont recueillies et dont les diagnostics sont posés, jusqu'à 27 % de certains groupes de population peuvent souffrir de dépression à un moment donné (NIMH, 2001 ; données pour les personnes âgées). Théorie béhavioriste Le béhaviorisme...

lire plus