Émotions primaires et secondaires : Quelle est la différence ?

Psychologista
9 Fév, 2024

Selon la recherche sur les émotions, il existerait deux types distincts d’émotions ressenties par les humains : les émotions primaires et les émotions secondaires. Selon Damasio (1994) :

Les émotions primaires sont des réponses immédiates et instinctives à des stimuli (par exemple, la joie, la peur, la tristesse). Elles sont universelles et souvent liées à des événements ou des situations spécifiques. Les émotions secondaires sont des réactions aux émotions primaires et sont plus complexes, souvent influencées par des expériences, des croyances et des pensées personnelles.

basic primary emotions e.g., joy fear, anger

Que sont les émotions primaires ?

Comme leur nom l’indique, les émotions primaires sont les premières émotions ressenties lors d’un événement. Imaginez que vous appreniez que vous avez gagné un concours : votre émotion primaire pourrait être une joie extrême. Ou si vous recevez une mauvaise nouvelle à laquelle vous ne vous attendiez pas, vous pouvez ressentir une vague de tristesse.

Ces émotions primaires sont la première réponse du corps directement liée à l’événement ou au stimulus.

Les émotions primaires sont souvent très fortes, ce qui les rend faciles à identifier. Elles sont considérées comme instinctives, primaires et sensibles.

Les émotions primaires sont adaptatives car elles nous font réagir d’une certaine manière sans que l’émotion soit contaminée ou analysée par des pensées ou des habitudes.

Avec le temps, l’émotion primaire est susceptible de s’estomper car nous avons du mal à relier la même émotion à l’événement parce que nos émotions ont changé.

Le psychologue Paul Ekman a identifié six émotions primaires : La colère, le dégoût, la peur, la joie, la tristesse et la surprise. Selon sa théorie, ces émotions humaines sont innées et partagées par tous, quelle que soit la culture.

Plus tard, Ekman a élargi cette liste pour y inclure des émotions telles que la fierté, la honte, l’embarras et l’excitation.

Un autre psychologue, Robert Plutchik, a identifié huit émotions primaires, qu’il a regroupées en quatre paires d’opposés polaires : la joie et la tristesse, la colère et la peur, la confiance et le dégoût, et la surprise et l’anticipation.

Il a mis au point la fameuse roue des sentiments pour présenter ces émotions et leurs émotions secondaires.

Que sont les émotions secondaires ?

Les émotions secondaires sont les émotions qui sont souvent ressenties après l’émotion primaire. Elles sont les réactions à nos émotions primaires et sont souvent des réponses habituelles ou apprises.

Par exemple, après avoir ressenti l’émotion primaire de la colère, vous pouvez ressentir l’émotion secondaire de la honte ; au lieu de la joie, vous pouvez ressentir du soulagement ou de la fierté ; au lieu de la peur, vous pouvez ressentir de la haine.

On pense que les émotions secondaires découlent de processus cognitifs supérieurs et viennent après l’émotion primaire.

L’objectif des émotions secondaires est de couvrir les émotions primaires sensibles par quelque chose de moins sensible. Elles sont donc un moyen de se protéger contre la vulnérabilité.

Certaines émotions secondaires peuvent entraîner davantage de blessures et de douleurs lorsqu’elles s’accumulent au fil du temps, en particulier s’il s’agit d’émotions telles que la culpabilité, la honte, le ressentiment, la frustration et le remords. Ces émotions sont souvent apprises dans l’enfance par les parents ou d’autres personnes de notre entourage.

Les émotions secondaires sont souvent plus difficiles à nommer que les émotions primaires, car elles saturent l’émotion primaire de réactions complexes. Elles peuvent influencer notre comportement, augmenter l’intensité de nos réactions et durer beaucoup plus longtemps que les émotions primaires.

Émotions primaires et secondaires

La principale différence entre les émotions primaires et les émotions secondaires réside dans le fait que les émotions primaires sont la manière dont nous réagissons aux événements et aux situations, tandis que les émotions secondaires sont des réactions à ce que nous ressentons.

Par exemple, ressentir de la honte (secondaire) par rapport à un sentiment de peur (primaire) dans une certaine situation. Cette distinction permet de mieux comprendre les réactions émotionnelles et leurs causes sous-jacentes.

Si vous ne savez pas si vous ressentez une émotion primaire ou secondaire, demandez-vous si l’émotion est directement une réaction ou non. S’il s’agit d’une réaction directe, il s’agit probablement d’une émotion primaire. S’il ne s’agit pas d’une réaction directe, elle est probablement secondaire.

Vous pouvez également vous demander si les émotions ont disparu après que l’événement déclencheur a disparu. Si l’émotion était forte au début, mais qu’elle a diminué depuis, il s’agit probablement d’une émotion primaire. Si l’émotion persiste longtemps après l’événement et interfère avec vos capacités dans le présent, il s’agit probablement d’une émotion secondaire.

Vous trouverez ci-dessous d’autres différences importantes entre les émotions primaires et secondaires.

Les émotions primaires :

  • Sont instinctives et naturelles
  • Fonctionnelles
  • Peuvent être douloureuses ou agréables
  • Peuvent être nuisibles en cas de réaction
  • Sont sensibles et vulnérables
  • Sont enracinées dans les parties les plus profondes du cerveau
  • Peuvent nous aider à rester en contact avec les autres
  • Peuvent nous aider à guider nos actions

Les émotions secondaires :

  • Elles sont apprises ou habituelles
  • Protection
  • Défensive et évitante
  • Peuvent être mieux contrôlées que les émotions primaires
  • Peuvent engourdir les émotions
  • Ne pas écouter ce que les émotions demandent
  • Vient d’un lieu d’apprentissage, par exemple : « Je ne devrais pas être triste » ou « Je ne devrais pas ressentir de colère » Ce n’est pas la même chose que la maîtrise de soi.
  • Sont motivées par la réduction de la douleur
  • Persistent longtemps après que l’événement s’est produit
  • Généralement, éloigne et déconnecte de nos objectifs, de nos valeurs et de nos interlocuteurs

Le tableau ci-dessous présente quelques exemples d’émotions primaires et d’émotions secondaires qui peuvent en découler :

Émotion primaire Émotion secondaire
Joie Espoir, fierté, excitation, joie
Peur Anxiété, insécurité, infériorité, panique
Colère Rancune, haine, envie, jalousie, agacement
Tristesse Honte, négligence, dépression, culpabilité, isolement
Surprise Choqué, consterné, confus, perplexe
Émotions primaires et secondaires

Les émotions secondaires peuvent faire obstacle

Les émotions secondaires ont tendance à apparaître parce que nous portons des jugements ou des croyances sur certaines émotions. Une personne peut avoir grandi dans un foyer où elle était critiquée pour s’être énervée et avoir montré des émotions brutes.

De même, elle n’a peut-être pas appris à exprimer sa colère de manière saine et a peut-être vu ses parents manifester leur colère de manière malsaine, par exemple en se montrant passifs-agressifs ou jaloux.

Lorsque nous observons et apprenons à connaître nos émotions, en particulier lorsque nous sommes enfants, nous les conservons souvent à l’âge adulte, ce qui signifie que nos émotions secondaires prennent souvent le pas sur nos émotions primaires.

Les émotions secondaires sont une façon de réagir et ne sont pas une forme de maîtrise de soi. Cela signifie que nous ne prenons pas le temps de remarquer ou d’explorer les émotions que nous ressentons. Au lieu de cela, nous voulons simplement qu’elles disparaissent ou qu’elles soient enterrées à tout prix.

Nous sommes susceptibles de choisir des émotions secondaires lorsque nous nous sentons menacés, dépassés ou en danger. Lorsque nous agissons sur la base d’émotions secondaires, nous avons tendance à attaquer, à critiquer, à exiger, à blâmer, à nous retirer et à en vouloir aux autres.

Ces comportements sont protecteurs et nous empêchent d’exposer nos véritables sentiments.

Cependant, le fait de couvrir nos véritables sentiments par des émotions et des comportements secondaires peut s’avérer préjudiciable au fil du temps. Cela peut entraîner des ruptures dans les relations et éloigner les autres. Par exemple, si une personne proche vous blesse, vous risquez de transformer cette blessure en haine, c’est-à-dire de la blâmer et de la critiquer.

Agir uniquement sur la base d’émotions secondaires peut ne résoudre aucun problème et nous faire tourner en rond.

Repousser des émotions difficiles telles que la tristesse et la peur et ne pas être capable de les reconnaître peut accroître le risque d’atteinte à la santé mentale.

Les personnes peuvent développer des problèmes d’anxiété ou de dépression après avoir enfoui leurs véritables émotions pendant des années, en espérant qu’elles disparaîtront sans qu’on s’en préoccupe. D’autres problèmes de santé mentale peuvent apparaître en raison de l’incapacité à gérer ses émotions.

Ci-dessous, une thérapeute décrit son expérience personnelle du trouble de la personnalité limite (TPL) et explique comment les émotions secondaires ont joué un rôle important :

malheureusement, une grande partie de la détresse que nous ressentons ne provient pas de nos émotions primaires, mais plutôt de nos émotions secondaires. Elle provient en fait de nos émotions secondaires. Les émotions secondaires produisent des pensées axées sur les problèmes, des comportements négatifs… et des résultats négatifs »

j’ai appris très jeune à me concentrer principalement sur cet état émotionnel secondaire et j’y restais. Ainsi, je ressentais une honte intense, une rage intense, une anxiété intense

Rose Skeeters, thérapeute agréée

La vulnérabilité est-elle utile ?

Souvent, les gens attendent des autres qu’ils montrent leurs émotions primaires, pensant qu’il est normal que les autres expriment leur vulnérabilité. Cependant, ils pensent qu’ils ne devraient pas ressentir ces émotions.

Lorsque nous réagissons à nos émotions secondaires ou que nous évitons complètement nos émotions primaires, nous ne nous donnons pas beaucoup d’options pour résoudre les problèmes ou les émotions.

Lorsque nous apprenons à être plus vulnérables face à nos émotions, nous avons la possibilité de résoudre davantage de problèmes et d’apprendre à mieux nous connaître.

Être vulnérable peut avoir des conséquences plus positives, telles que des relations plus solides, de meilleures performances au travail et une plus grande satisfaction dans la vie. Les autres peuvent vous faire davantage confiance et apprécier davantage le fait de partager votre vulnérabilité.

Il se peut que vous vous entouriez d’autres personnes tout aussi ouvertes à leurs émotions, ce qui vous permettra d’établir des liens plus profonds avec des personnes significatives.

Lorsque vous vous sentez pris par une émotion intense ou compliquée, essayez d’explorer ce qui se cache derrière l’émotion et de voir s’il n’y a pas quelque chose de sensible qui est dissimulé. Nous avons plus de chances de trouver une solution lorsque nous regardons plus loin que la surface.

Lorsque nous explorons nos émotions, il est important d’être intentionnel avec les éléments suivants

  1. Savoir ce que nous ressentons
  2. Explorer les raisons de ce sentiment
  3. Choisir ce que nous faisons à ce sujet

Comment reconnaître les émotions primaires

Rappelez-vous qu’il faut du temps pour devenir plus conscient de ce que vous ressentez. C’est particulièrement vrai si vous essayez de désapprendre des pensées et des comportements inutiles qui ont été ancrés en vous depuis votre plus jeune âge, comme la croyance qu’il ne faut pas être triste.

Vous trouverez ci-dessous quelques moyens d’apprendre à reconnaître vos émotions primaires et d’être plus à l’écoute de celles-ci :

Utiliser la roue des sentiments

Un moyen simple et utile d’identifier les émotions consiste à utiliser la roue des sentiments (également appelée roue des émotions). Cette roue peut être très utile pour les enfants, ainsi que pour les adultes qui ont du mal à savoir ce qu’ils ressentent et qui ne sont peut-être pas en mesure de faire la différence entre les émotions primaires et les émotions secondaires.

La roue des sentiments peut être utilisée tous les jours pour vérifier comment vous vous sentez ou tout au long de la journée pour voir comment vos émotions évoluent.

Si vous identifiez un sentiment qui est une émotion secondaire, vous pouvez utiliser la roue pour voir de quelle émotion primaire ce sentiment découle. Cela vous permettra de savoir ce qui se passe sous la surface.

Plutchik's wheel of emotions

Journal de bord

La tenue d’un journal peut être un moyen utile de coucher toutes vos pensées sur le papier. Il peut être aussi peu structuré que vous le souhaitez, puisque vous êtes le seul à devoir le lire.

Vous pouvez simplement écrire toutes les pensées qui vous viennent à l’esprit sans vous soucier de leur sens.

Le fait d’écrire vos pensées peut vous aider à formuler vos émotions et à aller au fond de ce que vous ressentez exactement. Il peut être utile de voir ce qui remonte à la surface au fur et à mesure que vous écrivez.

Si vous ne pouvez pas vous engager à écrire un long journal, vous pouvez vous contenter d’écrire une ligne par jour ou quelques mots pour exprimer l’émotion que vous ressentez ce jour-là.

La pleine conscience

La pleine conscience est une pratique qui a fait ses preuves pour améliorer la conscience du moment présent et de soi.

La pleine conscience vous encourage à être conscient de vos émotions, quelles qu’elles soient. Vous pouvez apprendre à vivre vos émotions sans porter de jugement. Vous reconnaissez que les émotions sont présentes et que ce sont elles que vous ressentez.

Conversations avec les autres

Souvent, le fait de parler avec d’autres personnes peut vous aider à identifier les émotions primaires que vous ressentez. Il peut être utile de s’entraîner à avoir des conversations significatives avec une personne ou un groupe d’amis de confiance.

Il peut être bénéfique d’avoir le point de vue d’une personne extérieure qui peut vous aider à mettre le doigt sur ce que vous pouvez ressentir.

Demandez l’aide d’un professionnel

Il peut être très difficile de comprendre ses propres émotions et de donner un sens à ce que l’on ressent. Il peut être difficile d’avoir une vue d’ensemble lorsque l’on est pris dans le chaos de nombreuses émotions compliquées.

C’est pourquoi le soutien d’un thérapeute peut vous aider à démêler vos émotions et à mieux comprendre ce que vous ressentez et pourquoi.

Si vous constatez que vous avez beaucoup d’émotions douloureuses accompagnées de pensées et de comportements inutiles, un thérapeute approprié peut vous aider à les surmonter.

Pourquoi est-il important de reconnaître les émotions primaires ?

Il est important de reconnaître les émotions primaires car elles sont riches en informations utiles. Elles peuvent nous dire :

  • Qui nous aimons ou n’aimons pas
  • Ce qui nous déclenche ou nous perturbe
  • Ce que nous devons faire pour gérer ce que nous ressentons
  • Ce qui se passe vraiment

Si nous n’apprenons pas à reconnaître nos émotions primaires, nous risquons de trouver des moyens malsains de faire face à nos émotions secondaires compliquées. Il est courant que de nombreuses personnes se tournent vers les drogues, l’alcool ou les comportements d’automutilation pour faire face à la situation.

Il se peut également que nous restions dans des relations ou des emplois malsains parce que nous ne savons pas ce que nous ressentons vraiment, ce qui peut être préjudiciable à la santé mentale à long terme.

Les émotions primaires et secondaires jouent un rôle crucial dans la régulation des émotions :

  1. Comprendre les déclencheurs émotionnels: Reconnaître les émotions primaires permet d’identifier les réactions émotionnelles immédiates aux stimuli. Cette prise de conscience peut aider à mettre en œuvre des interventions précoces avant que les émotions ne s’aggravent.
  2. S’attaquer aux causes profondes: Comprendre les émotions primaires peut aider à identifier des événements ou des déclencheurs spécifiques, ce qui permet aux individus de les traiter ou de les recadrer.
  3. Couches émotionnelles complexes: Les émotions secondaires reflètent nos pensées et nos jugements sur nos sentiments initiaux. Leur identification peut révéler des croyances ou des schémas plus profonds qui influencent les réponses émotionnelles et qui peuvent être abordés dans le cadre de stratégies de régulation des émotions.
  4. Une meilleure connaissance de soi: Faire la différence entre les émotions primaires et secondaires favorise une plus grande clarté émotionnelle, ce qui contribue à une régulation plus efficace des émotions.
  5. Amélioration des interactions interpersonnelles: Reconnaître si une émotion est une réponse primaire ou une réaction secondaire stratifiée peut guider des conversations plus productives et réduire les malentendus.

Questions fréquemment posées

Les émotions secondaires sont-elles universelles ?

Bien que la signification et l’expression des émotions secondaires varient davantage d’une culture à l’autre, elles restent universelles en ce sens qu’on pense qu’elles sont ressenties par toutes les cultures.

Les émotions secondaires sont socialement construites et constituent la réponse apprise de nos familles, de notre entourage et de notre culture sur la manière de ressentir nos émotions et d’y réagir.

C’est pourquoi les émotions secondaires peuvent varier d’une culture à l’autre et même au sein d’une même culture, en fonction de la manière dont les différentes familles réagissent aux émotions primaires.

Les émotions secondaires sont-elles acquises ?

Les émotions secondaires sont des réponses habituelles ou apprises qui sont souvent utilisées pour couvrir des émotions primaires sensibles par des émotions moins sensibles.

Nous pouvons apprendre les émotions secondaires pendant l’enfance ou par les personnes qui nous entourent. Les émotions secondaires courantes qui peuvent être apprises comprennent les sentiments de culpabilité, de honte, de ressentiment, de frustration et de remords.

Bien qu’elles soient apprises et profondément ancrées en nous depuis l’enfance, cela ne signifie pas qu’elles ne peuvent pas être désapprises, surtout si elles ont un impact négatif sur notre vie.

L’anxiété est-elle une émotion secondaire ?

L’anxiété est une émotion secondaire courante qui est souvent ressentie à la place d’une autre émotion difficile à ressentir ou à exprimer.

Avec d’autres émotions, telles que la nervosité ou l’inquiétude, l’anxiété est une émotion secondaire qui découle souvent de l’émotion primaire qu’est la peur.

Combien y a-t-il d’émotions secondaires ?

Il n’est probablement pas possible de savoir exactement combien il existe d’émotions secondaires. On pense que les émotions secondaires se décomposent également en émotions tertiaires.

Une étude récente suggère qu’il existe au moins 27 émotions distinctes, toutes fortement interconnectées (Cohen & Keltner, 2017). Il peut s’agir d’émotions telles que l’admiration, le calme, l’horreur, la nostalgie, le soulagement, le romantisme et le désir sexuel.

La colère est-elle une émotion secondaire ?

Non, la colère n’est pas une émotion secondaire. Elle est classée comme une émotion primaire parce qu’elle est souvent une réponse immédiate et instinctive à une menace, une injustice ou une frustration perçue.

La colère peut déclencher des émotions secondaires comme la culpabilité, la honte ou la tristesse, mais en elle-même, la colère est considérée comme une émotion primaire en raison de sa nature directe et viscérale.

A propos

Psychologista.fr

Notre objectif est d’offrir un endroit où chacun, qu’il s’agisse de curieux en quête de connaissances ou de personnes intéressées par le bien-être mental, puisse trouver des articles et des conseils informatifs.

Nous nous efforçons de présenter des informations basées sur des recherches solides et de promouvoir une compréhension approfondie de la psychologie.

Articles connexes

Théories psychologiques de la dépression

Théories psychologiques de la dépression

Selon la manière dont les données sont recueillies et dont les diagnostics sont posés, jusqu'à 27 % de certains groupes de population peuvent souffrir de dépression à un moment donné (NIMH, 2001 ; données pour les personnes âgées). Théorie béhavioriste Le béhaviorisme...

lire plus