Le trouble de la personnalité évitante et l’anxiété sociale

Psychologista
10 Oct, 2023

Bien que le trouble de la personnalité évitante (TPA) et le trouble d’anxiété sociale (TAS) présentent certaines similitudes, il s’agit de pathologies distinctes.

Le TAS se caractérise par une peur ou une anxiété excessive dans les situations sociales, tandis que le TPSA implique une peur omniprésente du rejet, de la critique ou de la désapprobation, ainsi que l’évitement des situations sociales.

Alors qu’une personne souffrant de TAS peut se sentir à l’aise dans des situations sociales non menaçantes, les personnes souffrant d’AVPD peuvent éviter toute interaction sociale.

Il est important de noter que les individus peuvent souffrir simultanément des deux troubles, mais un diagnostic correct est essentiel pour un traitement efficace. La recherche d’une aide et d’un soutien professionnels peut faire une grande différence dans la gestion de ces troubles et l’amélioration de la qualité de vie en général.

Trouble de la personnalité évitante Trouble de l’anxiété sociale
Modèle omniprésent dans de nombreux domaines de la vie Spécifique aux situations sociales
Inhibition sociale, sentiment d’inadéquation, hypersensibilité aux évaluations négatives Peur ou anxiété intense dans les situations sociales, peur de l’embarras ou du jugement
Large éventail de relations interpersonnelles et de perceptions de soi Peur de l’examen minutieux dans les situations sociales
Le trouble de la personnalité évitante (TPA) se caractérise par une large inhibition sociale, des sentiments d’inadéquation et une hypersensibilité à la critique, affectant divers aspects de la vie. Le trouble d’anxiété sociale (TAS) est centré sur une peur intense dans des situations sociales spécifiques, conduisant souvent à l’évitement. Alors que le TAS cible l’embarras social, le TAP couvre un éventail plus large de dynamiques interpersonnelles et de visions de soi.
Young woman with anxiety disorder sitting on the floor. avpd vs social anxiety

Qu’est-ce que le trouble d’anxiété sociale ?

some of the signs of social anxiety disorder

Le trouble d’anxiété sociale (TAS) est une peur intense, durable et débilitante des situations sociales.

Parmi les situations qui peuvent être redoutées par une personne souffrant de TAS, citons la prise de parole en public, les conversations en tête-à-tête, les appels téléphoniques et la participation à des rassemblements sociaux.

Une personne atteinte de TAS craint souvent de se mettre dans l’embarras ou d’être jugée et critiquée par les autres dans des situations sociales.

Elle peut ressentir une anxiété intense dans une ou plusieurs situations sociales, craindre de parler aux autres et éviter souvent les situations où son anxiété sociale pourrait s’aggraver.

Les personnes atteintes de TAS ressentent également de nombreuses sensations physiques lorsqu’elles se trouvent dans des situations sociales angoissantes, telles que le rougissement, la transpiration, la tension musculaire et l’essoufflement.

L’anxiété en réponse à une situation sociale peut survenir avant, pendant ou après une situation sociale, et de nombreuses personnes ressentent de l’anxiété tout au long de la situation.

Le trouble affectif saisonnier peut se manifester de différentes manières, certains individus ressentant une anxiété accrue dans la plupart des situations sociales, tandis que d’autres ne l’éprouvent que dans des contextes spécifiques. Les peurs sociales et les déclencheurs de chaque personne sont uniques et peuvent varier en gravité. Il est important de noter que le fait d’éprouver quelques symptômes de dépression saisonnière ne signifie pas nécessairement qu’un diagnostic a été posé.

Qu’est-ce que le trouble de la personnalité évitante ?

signs of avoidant personality disorder

Le trouble de la personnalité évitante (TPAE) est un trouble de la santé mentale caractérisé par un schéma envahissant d’inhibition sociale, un sentiment d’inadéquation et une hypersensibilité aux évaluations négatives.

Le trouble de la personnalité évitante est considéré comme un trouble de la personnalité du groupe C. Les troubles de la personnalité constituent un type spécifique de problème de santé mentale dans lequel les schémas de pensée et de comportement affectent la vie quotidienne.

Les personnes souffrant de troubles de la personnalité éprouvent souvent des difficultés dans leur vie professionnelle et personnelle, car elles ont du mal à comprendre les autres et les situations courantes.

Les personnes souffrant de TAVP peuvent également avoir une faible estime de soi et un sentiment d’infériorité, ainsi qu’une tendance à se considérer comme socialement inaptes ou peu attirantes. Elles peuvent être hypersensibles aux critiques et craindre constamment d’être rejetées.

Elles essaieront généralement d’éviter autant que possible toute interaction sociale, n’interagissant qu’avec des personnes dont elles sont convaincues qu’elles ne les rejetteront pas. Elles sont également plus susceptibles de s’isoler volontairement.

Les personnes atteintes d’un trouble bipolaire de la personnalité ont souvent envie de contacts sociaux, mais leur trouble les empêche de participer à des interactions sociales saines.

Il convient de noter que le trouble déficitaire de l’attention peut se manifester différemment d’une personne à l’autre. Les peurs et les déclencheurs spécifiques dont souffrent les personnes atteintes de ce trouble peuvent être uniques et plus ou moins graves. De nombreuses personnes peuvent se reconnaître dans un ou plusieurs symptômes de ce trouble, sans pour autant être en mesure de poser un diagnostic complet.

Contrairement à la timidité sociale normale, les peurs ressenties par les personnes atteintes d’AVPD sont persistantes, envahissantes et entravent souvent de manière significative le fonctionnement quotidien. Il est essentiel de comprendre que le fait d’éprouver quelques symptômes de la MPCA ne signifie pas nécessairement qu’un diagnostic a été posé.

Peut-on être atteint à la fois de la MAPA et de la dépression saisonnière ?

À l’origine, on pensait que la MAPA n’apparaissait qu’en association avec la dépression saisonnière. Cependant, on pense aujourd’hui qu’elle peut survenir en l’absence de dépression saisonnière.

Cela dit, environ un tiers des personnes souffrant d’AVPD sont également diagnostiquées comme souffrant d’un TAS. On pense également que le TAS est le trouble concomitant le plus fréquent chez les personnes atteintes de DPVA, une étude ayant révélé que 48 % des personnes diagnostiquées comme souffrant de DPVA répondaient également aux critères du TAS (Hummelen et al., 2007).

Similitudes entre le trouble déficitaire de l’attention avec ou sans hyperactivité et le trouble déficitaire de l’attention

La question de savoir si le trouble déficitaire de l’attention avec ou sans hyperactivité est un type plus sévère de dépression saisonnière fait l’objet d’un débat. Souvent, ils sont diagnostiqués ensemble et leurs symptômes peuvent se chevaucher.

Les deux troubles peuvent impliquer une peur intense d’être gêné ou jugé dans des situations sociales. Dans les deux cas, la personne peut se présenter comme timide, maladroite ou craintive et manifester des comportements similaires, tels que l’évitement des situations sociales, l’évitement des interactions avec des étrangers et l’isolement social.

Quelle est la différence entre la phobie sociale et le trouble de la personnalité évitante ?

Alors que le trouble de la personnalité évitante implique généralement des comportements d’évitement dans la plupart ou dans tous les domaines de la vie, le trouble de la personnalité évitante peut n’impliquer l’évitement que dans quelques situations sociales spécifiques. C’est pourquoi le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM-5) continue de les classer séparément.

Le tableau ci-dessous présente quelques-unes des différences entre les symptômes. Il convient de noter que les symptômes et leur impact peuvent varier considérablement d’un individu à l’autre. Ce tableau se veut un guide général des principales différences entre les deux troubles.

Trouble de la personnalité évitante vs anxiété sociale

Trait Trouble de l’anxiété sociale (TAS) Trouble de la personnalité évitante (TPA)
Peur et anxiété Peur et anxiété excessives dans les situations sociales, telles que parler en public ou rencontrer de nouvelles personnes. Peur et anxiété persistantes dans les situations sociales en raison d’un risque perçu de rejet, de critique ou de désapprobation.
Déclencheurs La peur peut être limitée à des situations sociales spécifiques, telles qu’un spectacle ou une prise de parole en public, ou être présente dans la plupart des situations sociales. La peur peut être présente dans toutes les situations sociales, ce qui conduit à les éviter complètement.
Perception de soi Conscience de soi, inquiétude excessive d’être jugé ou examiné par les autres, et peur de l’embarras ou de l’humiliation. Ces personnes peuvent néanmoins avoir une bonne estime d’elles-mêmes. Sentiments omniprésents d’inadéquation, faible estime de soi et peur profonde du rejet, de la critique ou de la désapprobation.
Symptômes physiques Transpiration, tremblements, accélération du rythme cardiaque et rougissement. Évitement des situations sociales, isolement et symptômes physiques tels que nausées ou céphalées de tension.
Impact sur le fonctionnement quotidien Peut conduire à l’évitement de situations sociales ou à une détresse importante, ce qui peut nuire au fonctionnement quotidien. Peut altérer de manière significative le fonctionnement quotidien, entraînant un isolement social, des difficultés à nouer des relations étroites et une diminution des performances professionnelles ou scolaires.

La plupart des différences entre le trouble déficitaire de l’attention et le trouble affectif saisonnier résident dans le caractère débilitant des symptômes de la personne. On pense que les personnes souffrant d’un trouble déficitaire de l’attention ont des niveaux d’anxiété plus élevés que celles souffrant d’un trouble déficitaire de l’attention.

Elles sont également plus susceptibles de s’isoler socialement et d’être moins capables de fonctionner et de nouer des relations que les personnes souffrant d’un TAS.

Les personnes souffrant de TAS sont plus susceptibles de se placer dans des situations sociales malgré leur anxiété, car elles sont plus à même de supporter l’anxiété que les personnes souffrant d’AVPD, qui trouveraient ces situations trop pénibles et les éviteraient autant que possible.

Les personnes souffrant d’AVPD seraient également moins susceptibles d’occuper des emplois exigeant une interaction sociale avec les autres.

Il existe également des différences d’estime de soi entre les personnes souffrant d’un trouble bipolaire et celles souffrant d’un trouble affectif saisonnier. Les personnes atteintes de TAS peuvent avoir une bonne estime de soi et une bonne confiance en elles malgré leur état.

En revanche, les personnes souffrant d’un trouble déficitaire de l’attention ont un sentiment fondamental d’inadéquation et d’infériorité, ce qui les pousse à une inhibition sociale extrême, car elles cherchent à éviter le rejet, l’embarras et le jugement.

Les différences peuvent résider dans la façon dont une personne perçoit sa propre expérience et ses peurs. Les personnes souffrant d’un TAS comprennent à la base que leur anxiété est irrationnelle et que le monde ne les juge pas aussi sévèrement qu’elles se jugent elles-mêmes.

En revanche, les personnes souffrant d’un trouble déficitaire de l’attention peuvent manquer de perspicacité et éprouver des sentiments profondément ancrés d’insécurité et de dévalorisation qu’elles croient être la vérité. Elles sont plus susceptibles de souffrir d’un fort sentiment de honte et de dégoût d’elles-mêmes, se croyant socialement inaptes.

À l’instar des personnes atteintes de TAV, les personnes atteintes de TAS ne se considèrent pas comme inférieures – hormis leur maladresse sociale, elles peuvent se considérer comme égales à celles qui n’ont pas de TAS.

Le TAVP va-t-il au-delà de l’évitement social ?

Alors que le TAS implique généralement des schémas d’évitement dans quelques situations sociales spécifiques ou dans la plupart d’entre elles, les personnes atteintes de TMA peuvent éviter la plupart ou tous les domaines sociaux de la vie.

Bien que l’évitement social soit un trait caractéristique de l’AVPD, certains théoriciens avancent que l’AVPD se caractérise par un schéma d’évitement plus large qui s’étend au-delà des situations sociales.

Les résultats d’une étude ont révélé qu’il existe certaines associations entre le trouble déficitaire de l’attention avec facultés affaiblies et l’évitement des émotions et de la nouveauté, ainsi que l’évitement de divers événements non sociaux (Taylor et al., 2004).

En d’autres termes, les personnes atteintes de ce trouble sont susceptibles d’essayer d’éviter certains états émotionnels ainsi que de rechercher de nouvelles expériences ou d’essayer quoi que ce soit de nouveau.

La MPCA est-elle un trouble anxieux ?

Étant donné qu’il existe des similitudes entre les symptômes de la dépression saisonnière et ceux de la MPCA, certains chercheurs soutiennent que la MPCA devrait être reclassée en tant que trouble anxieux.

L’une des différences les plus importantes entre les deux troubles est leur classification. Un trouble de la personnalité (tel que la MPOC) se caractérise par des schémas durables de pensée, de sentiment et de comportement qui s’écartent de manière significative des normes et des attentes culturelles et sociétales.

Ces schémas sont omniprésents et rigides, et ils se manifestent généralement dans plusieurs domaines de la vie d’un individu, tels que les relations, le travail et les interactions sociales.

Les troubles de la personnalité sont difficiles à traiter car les traits de personnalité ont tendance à rester les mêmes tout au long de la vie.

Les troubles anxieux, en revanche, sont un groupe de troubles qui conduisent les personnes à ressentir une anxiété, une nervosité ou une inquiétude débilitante dans certaines situations sociales.

Les psychothérapies, les médicaments ou les méthodes d’auto-assistance peuvent gérer ou traiter les troubles anxieux. Cela signifie qu’il est possible de surmonter la dépression saisonnière.

Causes du trouble de la personnalité évitante

La cause exacte du trouble de la personnalité évitante (TPAE) n’est pas connue, mais on pense qu’il s’agit d’une combinaison de facteurs génétiques, biologiques et environnementaux.

Les personnes ayant des antécédents familiaux de TAVP ou d’autres troubles anxieux sont plus susceptibles de développer la maladie. Des études sur des jumeaux ont révélé que les facteurs génétiques expliquent environ la moitié de la variance du trouble anxieux post-traumatique.

Des facteurs environnementaux, tels que des expériences de négligence, de rejet ou d’abus dans l’enfance, peuvent également contribuer au développement du trouble anxieux post-traumatique.

Les personnes diagnostiquées comme souffrant de ce trouble font souvent état d’un taux élevé d’abus physiques et émotionnels dans leur enfance, ce qui perturbe leur développement psychologique et les empêche de former des attachements sains, tout en les amenant à intérioriser la critique et la honte.

En outre, des facteurs sociaux et culturels tels que le manque de soutien social ou des normes culturelles qui mettent l’accent sur le perfectionnisme et l’autocritique peuvent également jouer un rôle. L’isolement social peut également être un facteur de risque de développement de l’AVPD.

Parmi les autres facteurs de risque de développement d’une MPCA, on peut citer des traits de personnalité tels que l’introversion, un niveau élevé de névrosisme et une aversion pour le risque. Cela ne veut pas dire que le fait d’avoir certains traits de personnalité signifie qu’une personne développera un trouble de la personnalité.

Il est important de noter que si ces facteurs peuvent augmenter le risque de développer une MPCA, toutes les personnes présentant ces facteurs de risque ne développeront pas le trouble.

Causes de la dépression saisonnière

On ne sait pas exactement ce qui cause la dépression saisonnière, mais elle peut être causée par une combinaison de facteurs, y compris la génétique, la chimie du cerveau, les facteurs environnementaux et les expériences de la vie.

Le trouble d’anxiété sociale peut être héréditaire, ce qui signifie qu’il peut être présent dans les familles. Plus précisément, les personnes dont un parent ou un frère ou une sœur souffre d’un trouble anxieux courent un risque plus élevé de développer un TAS.

Cependant, il se peut que le fait de grandir dans le même environnement qu’un membre de la famille souffrant d’anxiété enseigne à l’individu des comportements anxieux, ce qui peut l’exposer au risque de développer un TAS.

Des expériences vécues dans l’enfance, telles que des brimades ou un événement traumatisant, peuvent augmenter le risque de développer un trouble d’anxiété sociale plus tard dans la vie. Grandir dans une famille ou une culture qui accorde une grande importance aux performances sociales ou au statut social peut également contribuer au développement d’un trouble d’anxiété sociale.

Le TAS peut être déclenché ou aggravé par certains événements de la vie, comme le fait de commencer un nouvel emploi, de déménager dans une nouvelle ville ou de vivre un changement de vie important.

Les personnes atteintes de TAS peuvent présenter un déséquilibre de certaines substances chimiques dans le cerveau, telles que la sérotonine ou la dopamine, ce qui peut affecter leur humeur et leur comportement.

Il est important de noter que si ces facteurs peuvent augmenter le risque de développer un TAS, toutes les personnes présentant ces facteurs de risque ne développeront pas le trouble.

Comment traiter le trouble déficitaire de l’attention avec ou sans hyperactivité ?

Traitement de la MAPA

Les symptômes du trouble déficitaire de l’attention avec hyperactivité peuvent créer des obstacles importants au traitement, car la thérapie nécessite l’interaction sociale même que l’individu essaie d’éviter. Il peut également être très difficile de traiter la MPOC, en particulier si la personne présente les symptômes depuis longtemps.

Toutefois, la thérapie peut s’avérer très utile, mais certains éléments doivent être pris en compte par les personnes souffrant d’un trouble déficitaire de l’attention avec hyperactivité qui cherchent à se faire soigner :

  • La taille du programme – il se peut qu’un programme de traitement plus petit et plus intime puisse aider une personne souffrant d’un trouble bipolaire à se sentir plus à l’aise et à éviter d’être submergée par les interactions sociales.
  • Letype de thérapeute – il peut être utile de rechercher un thérapeute qui connaisse bien la personnalité de la DPVA, qui soit compatissant et qui ait de l’expérience dans la gestion des symptômes d’évitement.
  • Variations des thérapies – les personnes souffrant d’un trouble déficitaire de l’attention peuvent trouver que les thérapies non verbales, telles que l’art ou la musique, au début du traitement, peuvent leur offrir l’espace nécessaire pour s’exprimer sans attendre d’interaction sociale.

Les approches thérapeutiques pour les personnes souffrant d’un trouble déficitaire de l’attention devraient cibler les schémas omniprésents d’inhibition sociale, les sentiments d’inadéquation et l’hypersensibilité aux évaluations négatives.

On pense que la TCC et la thérapie des schémas peuvent constituer des options thérapeutiques prometteuses à cet égard.

De même, la thérapie de groupe peut aider les personnes souffrant de ce trouble à apprendre à développer des compétences relationnelles et de communication dans un espace sécurisé. Aucun médicament spécifique n’est utilisé pour traiter la MPCA, mais les antidépresseurs et les anxiolytiques peuvent aider à soulager certains des symptômes.

Traitement de la dépression sociale

L’anxiété sociale est plus facile à traiter que la MPOC et il a été démontré qu’elle répondait bien à une combinaison de médicaments et de thérapie par la parole.

Les anxiolytiques tels que les benzodiazépines et les antidépresseurs, en particulier les inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine (ISRS), sont connus pour leur efficacité dans le traitement de certains symptômes de l’anxiété sociale.

La TCC est la forme de thérapie la plus courante pour les personnes souffrant de TAS. En effet, la TCC s’attaque aux pensées et aux comportements négatifs et inutiles des personnes souffrant de TAS.

Ces pensées et comportements peuvent être remis en question et transformés en pensées et comportements plus sains avec l’aide du thérapeute. Une technique de la TCC est la thérapie d’exposition, qui peut aider la personne souffrant de TAS à s’exposer progressivement à des situations sociales effrayantes, de sorte qu’elle devienne moins craintive au fil du temps.

Cette technique peut aider les personnes souffrant de TAS à s’engager dans les situations sociales auxquelles elles souhaitent participer, et les aide à remettre en question l’idée que les autres les jugeront négativement.

Si les thérapies peuvent être utiles pour certaines personnes atteintes de TAS, elles ne sont pas exclusivement nécessaires pour gérer les symptômes. Certaines personnes peuvent trouver que leurs propres méthodes d’auto-assistance peuvent les aider à surmonter leurs peurs sociales.

A propos

Psychologista.fr

Notre objectif est d’offrir un endroit où chacun, qu’il s’agisse de curieux en quête de connaissances ou de personnes intéressées par le bien-être mental, puisse trouver des articles et des conseils informatifs.

Nous nous efforçons de présenter des informations basées sur des recherches solides et de promouvoir une compréhension approfondie de la psychologie.

Articles connexes

Théories psychologiques de la dépression

Théories psychologiques de la dépression

Selon la manière dont les données sont recueillies et dont les diagnostics sont posés, jusqu'à 27 % de certains groupes de population peuvent souffrir de dépression à un moment donné (NIMH, 2001 ; données pour les personnes âgées). Théorie béhavioriste Le béhaviorisme...

lire plus